Grand Reims, la CGT et l’UFICT CGT revendiquent une prime exceptionnelle de 300 €

Reims, le 07/01/20198

A madame la Présidente du Grand Reims

 

OBJET : Demande d’octroi de prime exceptionnelle pour les agents du Grand Reims

 

Madame la Présidente,

 

La question du pouvoir d’achat est un sujet sur lequel la CGT et l’UFICT-CGT du Grand Reims interviennent régulièrement. En témoigne le mouvement social de l’autonome 2016 que nous avions initié autour de la revendication de 100 euros nets d’augmentation mensuelle et auquel 1200 agents ont participé (notamment à travers notre pétition).

3 ans plus tard le pouvoir d’achat des agents et cadres du Grand Reims demeure une préoccupation majeure.

Le mouvement social protéiforme des Gilets Jaunes a donné un écho puissant à cette revendication largement partagée dans le monde du travail.

Le Président du Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale (CSFPT) et chef de file de la coordination des employeurs territoriaux a d’ailleurs écrit le 19 décembre dernier au secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics afin d’obtenir des mesures visant à améliorer le pouvoir d’achat des agents territoriaux.

Des collectivités territoriales entendant la demande du Président de la République d’octroi d’une prime exceptionnelle aux salariés vont verser une telle prime.

La région Bourgogne-Franche-Comté versera ainsi une prime exceptionnelle de 100 à 200 euros à ses quelque 4.500 agents, en fonction de la grille indiciaire de l’agent.

La mairie de Marcoussis accorde une prime de 300 euros à ses 200 agents.

Il est donc possible de répondre à la revendication légitime d’augmentation du pouvoir d’achat comme le montre ces deux exemples.

Nous vous invitons en conséquence à inscrire à l’ordre du jour du Conseil communautaire de mars 2019 un projet de délibération octroyant à l’ensemble des 1500 agents du Grand Reims une prime exceptionnelle de 300 €, soit une enveloppe de 500 000 €.

Au regard d’une masse salariale en baisse en euros constants en 2019 (+0,3% soit moins que l’inflation), le Grand Reims dispose d’une marge de manœuvre financière. Les ressources humaines constituent un réel investissement.

Au-delà d’une réponse locale, nous avons conscience que des mesures nationales doivent être prise comme le dégel immédiat du point d’indice de la Fonction publique et l’augmentation des salaires du public et du privé sur la base du SMIC à 1 800 €, des pensions et des minimas sociaux.

Recevez madame la Présidente nos salutations respectueuses.

La CGT et l’UFICT CGT du Grand Reims

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.